Mona di Orio: fragrances à porter!

Mona di Orio at Etiket: Perfume to be worn
Mona di Orio dans les espaces d’Etiket

On me demande souvent comment je m’y prends pour choisir les fragrances qui se retrouveront en boutique. J’aimerais bien répondre qu’il y a une formule magique, une science derrière cette décision, ou encore, que c’est une stratégie d’affaires bien étudiée et réfléchie mais non…c’est n’est pas le cas. En fait, c’est plus simple…je tombe tout simplement en amour avec les fragrances et l’histoire qui se cache derrière chacune d’elles et Mona di Orio confirme cette “règle” plus que toute autre collection de parfums que nous avons en boutique.

Mona di Orio Perfume at Pitti Fragranze 2014
Mona di Orio Pitti Fragranze 2014 (Photo: Petit Parfum Blog)

J’avais déjà entendu parlé de Mona di Orio avant d’assister au Pitti Fragranze, un salon international consacré à la parfumerie de niche qui se déroule en Italie, en septembre 2014 mais je n’avais jamais senti ses fragrances. D’ailleurs, Mona di Orio ne figurait même pas sur ma liste de fragrances que je tenais à explorer, une fois sur place. Et pourtant, je me rappelle très bien comment j’ai rencontré Jeroen Oude Sogtoen, le cofondateur de la marque, qui m’a introduit à la collection.

La collection était présentée dans un kiosque, aux côtés d’autres fragrances dont celles d’une maison de parfums de New York que je tenais à découvrir (qui était sur ma liste) mais ce sont les flacons de Mona di Orio qui ont captés mon attention.

Après avoir terminé de renifler (en fait on dit “sniffer” dans le milieu) les fragrances du kiosque où je me trouvais, je me suis tout de suite dirigé vers ces flacons dorés, de forme ovale, qui avaient initialement attirés mon attention. En admirant cette collection, Jeroen, qui était sur place, s’est dirigé vers moi en me demandant si j’avais des questions. Je me suis alors présenté en lui demandant, à mon tour, de me présenter ses fragrances.

Mona di Orio
Mona di Orio

Comme dans la plupart des salons, le Pitti Fragranze, est un événement très animé et bruyant. Malgré tout, Jeroen a amorcé sa présentation et me parlant de Mona di Orio, la femme derrière la fragrance, et on a passé à travers les différentes histoires, ingrédients, personnages qui ont servis d’inspiration pour chacune des fragrances de la collection. Malgré le bruit, les distraction, l’achalandage, je me sentais comme s’il n’y avait personne d’autre que lui et moi.

L’histoire de Mona n’est pas une histoire joyeuse mais c’est une belle histoire, dans le vrai sens de la définition de la romance. Tel un récit en prose d’actes héroïques dans un monde imaginaire qui est, en fait, loin d’être imaginaire. C’est l’histoire de Mona…. Une femme qui se passionne d’abord pour la littérature, avant que sa rencontre avec Edmond Roudnitska, un maitre parfumeur français, n’en décide autrement… C’est à ce moment qu’elle eu une révélation et que se sont amorcés ses débuts dans le monde de la parfumerie. Elle fut d’abord son élève, travailla à ses côtés pendant 6 ans et ensuite dans son laboratoire, près de Cabis, pendant plus de 15 ans…

Par pure coïncidence (en était-ce une?) elle fit ensuite la rencontre de Jeroen, qui travaillait comme designer dans l’univers de la mode à l’époque. Grâce à sa vision et son expérience en design et l’expertise de Mona, ils s’associèrent pour fonder leur propre maison de parfums qu’ils lancèrent en 2004 au même moments que leurs 3 premières fragrances: Lux, Carnation et Nuit Noire.

Les mots et les récits de Jeroen m’ont émus aux larmes. Leur passion, leur union et tout ce qu’ils ont accompli ensemble étaient si forts, si beaux que le tout devait se refléter à travers les fragrances que Mona créait.
Grace à l’habileté de Mona à capturer des moments, des émotions, des souvenirs pour les mettre en bouteille et la vision et le sens du design de Jeroen, ils arrivèrent à créer la parfaite collection.

Tragiquement décédé en 2011 alors qu’elle n’avait que 42 ans, elle laissa derrière elle de nombreuses fragrances, dont certaines restent encore à découvrir. Jeroen est aujourd’hui celui qui veille à ce que leur aventure créative se poursuive, à travers d’autres souvenirs, de nouvelles anecdotes, des histoires olfactives fortes, empreintes de cette élégance française et de luxe sans compromis qui fît autrefois la force de Mona.

Je pourrais décrire chacune des fragrances avec leurs caractéristiques propres et les ingrédients qui les composent mais il me semble que mes mots ne rendraient aucunement justice à l’expérience olfactive que vous pourriez vivre en les portant, en les essayant, en les laissant imprégner votre peau…vous devez personnellement les expérimenter, sur vous, pour bien sentir la complexité clair-obscur, la signature de Mona di Orio, et les effluves personnelles qui s’y dégagent.

Mes fragrances préférées de la collection sont Myrh Casati et Nuit Noire mais il n’y en a aucune que je ne porterais pas…cela dépend en partie de mon humeur ou tout simplement de la façon dont la lumière tombe ce jour là! La découverte de ces fragrances se fait en les portant. On peut alors en apprécier leur pureté et leur habileté à nous faire rêver, à faire remonter un souvenir ou tout simplement à nous faire sourire!

Simon Tooley
Propriétaire d’Etiket